Chronique : A Tropical Fish Yearns for Snow

26 juillet 2022
Le scénario : Le dessin : Les personnages : L'édition :

Si Taifu propose généralement des titres explicites, A Tropical Fish Yearns for Snow s’ouvre avec douceur sur une relation tendrement ambiguë au club d’aquariophilie d’une petite ville balnéaire.

Le titre se prête à merveille à sa sortie estivale et plonge, tête la première, dans une tranche de vie réconfortante en bordure de mer. Alors que Konatsu quitte sa région natale, le lecteur l’accompagne dans sa nouvelle vie et se trouve bercé par le rythme des vagues, porté par le trait clair et agréable de Makoto Hanigo qui invite au voyage.

Chronique : A Tropical Fish Yearns for Snow

Après un premier chapitre plein de promesses, l’artiste s’éloigne tout de même des décors marins pour se concentrer sur les émotions de ses personnages. Les non-dits de ces adolescentes timides sont parfaitement lisibles et le dessin parvient avec aisance à nous faire ressentir. Mais trop concentrée sur cet aspect du récit, elle en oublie peut-être l’aquarium.

Si on peut observer quelques écailles et nageoires, la mangaka jette son dévolu sur une seule créature, un amphibien qui plus est. La salamandre apparait d’abord sous sa forme animal, se transforme en un sujet d’étude littéraire avec un classique de la littérature japonaise, avant de personnifier la solitude et lien qui unit Konatsu et Koyuki. La métaphore développée est assurément belle mais on pourrait regretter le manque d’éléments aquatiques alors que les pages se succèdent.

Le cadre semble finalement être un simple prétexte pour développer une intrigue principalement centrée sur l’évolution de cette relation qui peut parfois paraitre précipitée. Alors que l’intrigue se fait tranquille et posée, le lien qui unit les deux lycéennes se développe paradoxalement très vite. La romance sous-jacente reste tout de même tissée avec délicatesse par quelques instants d’intimité, infimes et discrets ; une main tenue, un baiser indirect ou un regard ardent qui laissent libre cours à l’interprétation personnelle.

Terminée en 9 tomes au Japon, la série n’est assurément pas classée comme étant un yuri par Taifu, en accord avec la volonté de l’artiste qui permet au lecteur de se faire sa propre idée. Naviguant d’une émotion à l’autre, A Tropical Fish Yearns for Snow se destine principalement aux amateurs de tranche de vie qui devraient être charmés.

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A ne pas manquer

D'autres articles

Vous n'avez pas le droit.