Chronique : The Five Star Stories

18 août 2022
Le scénario : Le dessin : Les personnages : L'édition :

Après plusieurs décennies d’indifférence dans l’Hexagone, The Five Star Stories arrive enfin en France avec Noeve Grafx qui nous plonge dans une série aux mille et une facette.

Hybride de science-fiction space-opera et fantasy aux inspirations diverses, la série de Mamoru Nagano est l’œuvre d’une vie, un monde gigantesque s’écrivant sur des millénaires et de nombreux systèmes stellaires.

Alors que le prologue dévoile l’avenir, les chapitres suivants nous entrainent presque mille ans en arrière, aux prémices de ce qui mènera à un terrible conflit. Mais loin d’être indigeste, l’introduction permet au contraire une entrée en douceur dans un univers pourtant abyssal.

Posant les bases de toute une épopée galactique, l’auteur prend ici le temps de guider son lecteur, qui peut pleinement savourer son voyage. Chevaliers, androïdes et mecha se mêlent alors que se croisent personnages androgynes et robots géants façonnés par la main des Dieux. Il fait la rencontre de pilotes accompagnés de poupées mécaniques dotées d’une conscience. Traitées comme des objets ou aimées avec passion, ces dernières sont au cœur de l’intrigue. On éprouve une certaine fascination pour elles, tandis que les différents protagonistes se révèlent charismatiques.

Mais pour pleinement profiter de cette lecture, il faudra tout de même accepter l’emprise du temps. La mise en scène, les choix narratifs ou encore le dessin évanescent sont évidemment marqués par les années 80. Imaginées il y a plus de 30 ans, les premières pages du manga respirent ainsi la nostalgie. Les amateurs de Star Wars, de Dune et de Gundam devraient évidemment apprécier les nombreuses similitudes avec ces illustres références. C’est d’ailleurs en collaborant avec Yoshiyuki Tomino, père de la saga Gundam, que The Five Star Stories a germé dans l’esprit de son auteur comme celui-ci l’explique dans les appendices des éditions japonaises.

Émerveillé ou non par cette histoire, on ne peut toutefois nier la qualité de l’ouvrage. Bien souvent remarqué pour ses fabrications haut de gamme, Noeve Grafx propose encore une fois une création de toute beauté. Cette version française de The Five Star Stories figure sûrement parmi les plus belles.

Le grand format Deluxe arborant une jaquette en papier métallisé, un vernis sélectif, un marquage à chaud et un embossage, attire instantanément le regard. Tandis que les pages se tournent, le livre déjà magnifique est encore sublimé par les nombreux bonus qui le composent : des pages en couleurs, une réflexion de Nagano, un lexique, une frise chronologique ou encore une première liste des personnages. Et alors que le lecteur se perd avec délectation dans ces renseignements, il prend également conscience l’immensité qui s’ouvre à lui.

Culte, passionnant et brillant, il est paradoxalement difficile de dire si The Five Star Stories saura trouver son public en France. Semblant à première vue réservé aux passionnés, tant l’aventure proposée parait atypique, ce manga mérite pourtant assurément d’être tenté.

 

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A ne pas manquer

D'autres articles

Vous n'avez pas le droit.